Skip to content Skip to navigation

Mon SVE au Kamchatka par Anton Mickael

La préparation

Comment as-tu préparé ton départ pour Kamchatka ?

« De l’idée de partir à la réalisation du projet, il s’est passé 1 an environ. Le contact avec mon tuteur Russe fût difficile du début à la fin du projet. Le Service Volontaire Européen (SVE), c’est trois parties : le volontaire, la structure d’envoi et la structure d’accueil. Si l'un de ces maillons ne s’imbrique pas bien dans le projet la réussite du SVE peut-être compromise !

Pour éviter cela, il faut se poser les bonnes questions sur ses attentes et ses envies ! Il est aussi important de bien discuter avec la structure d’accueil sur sa vision du projet, comment tu peux intégrer ce projet ; devenir acteur et en faire TON projet !

Avant de partir en Russie j’ai pris 25 heures de cours qui m’ont permis d’apprendre l’alphabet cyrillique et de pouvoir lire le Russe. »

Le début de l’aventure….

« Le Kamchatka c’est “rendez-vous en terre inconnu” :

Jour 1, 3 heures en train (Bordeaux Paris) puis 2h00 en avion (Paris-Copenhague).

Jour 2, 3 heures en avion (Copenhague à Moscou)

Jour 3, un vol de 8 heures jusqu’à Petropavlovsk-kamchatsky. Mais ce n’est pas fini car le Kamchatka en lui-même c’est la taille de la France.

Jour 4, 500 km de bus en 10 heures sur une route non goudronnée »

Premières difficultés ?

img_3792.jpgJ’ai passé 10 mois à parler Russe dans une région où peu de personnes parlent Anglais, ne parlons pas du français... Partir si loin fût pour moi une expérience extraordinaire. Cela m’a permis d’apprendre plus sur la façon de vivre des peuples de Sibérie ; peuples vers lesquelles je me suis tourné faute de projet concret au parc naturel !

Comment as-tu réagi lorsque tu as compris que le projet n’était pas aussi concret qu’il n’y paraissait ?

« A 15000 kilomètres de la France, même avec une mauvaise entente avec son coordinateur on ne rebrousse pas chemin, on part à la rencontre de la population locale car c’est avant tout cela le Service Volontaire Européen, c’est basé sur les rencontres, le partage et l’apprentissage ! »

 

 

Une expérience unique

nnn_9078.yu_.jpg

« On ne peut que revenir grandit d’un SVE même si de temps en temps cela peut être difficile ! Votre tuteur sur place et le responsable des SVE en France sont là pour aider !  Une chose importante est de ne pas laisser installer un mauvais climat. Il faut toujours discuter dès l’apparition d’un problème.

Je me suis tourné vers la population locale ce qui m’a permis de m’intégrer et de développer ma connaissance de la Russie, de ces traditions et de sa langue très riche. Ce fût la bonne décision qui m’a permis d’apprendre les danses traditionnelles avec un groupe d’enfants, d’intégrer une troupe de jonglage de feu, de participer à l’organisation d’une course de chiens de traîneaux, d’apprendre le métier de "musher" et de disputer ma première course en autonomie.

Cette expérience m’a tellement apporté de positif qu’à ce jour du 29 avril 2017, je me lance dans l’accompagnement de touristes français avec toutes les connaissances que j’ai pu rencontrer pendant ces 10 mois au Kamchatka ! »

Anton Mickael

 

 

Le SVE, ça te tente ? Plus d'informations sur ce dispositif ici