Skip to content Skip to navigation

J'ai participé à ma première formation d'animatrice de chantier international

 

Saison 2017 - Découvrez ici nos projets en ligne !

Du 06 au 11 mai 2017, j'ai participé à une formation pour devenir animatrice de chantier international en Serbie, avec l'association Young Researchers of Serbia (YRS). Une expérience assez exceptionnelle, puisque les futurs animateurs étaient tous des volontaires étrangers, qui animeront ensuite un chantier en Serbie.

Je n'ai personnellement jamais animé, ni même participé en tant que volontaire à un chantier international. C'est ce qui s'appelle une première ! Finlande, Espagne, Allemagne, République Tchèque, Turquie, Slovénie, Estonie : nous étions 18 volontaires des 4 coins de l'Europe à prendre part à cette formation, afin de pouvoir animer un chantier en Serbie cet été. Pendant une semaine, nous avons vécu et appris ensemble à Sremski Karlovci, petit village au nord de Belgrade.

« Un étranger est juste un ami que je n'ai pas encore rencontré »

La formation aborde, en un temps très court, de nombreuses thématiques utiles à la gestion de la vie d'un chantier, comme l'égalité des genres, le développement durable, la gestion de conflits ou encore des techniques d'animation de groupes. Être animatrice d'un chantier international relève d'une grande responsabilité, puisqu'il s'agit d'être le lien central entre tous les acteurs : des volontaires à l'organisation d'envoi, en passant par la population locale. Cela demande de la rigueur, de la patience, mais aussi beaucoup d'ouverture d'esprit. Tout le monde ne parle pas anglais, il faut donc être en mesure de s'adapter à tous, et surtout faire en sorte que personne ne se sente exclu !

Une expérience inoubliable

En somme, être animatrice de chantier international est un défi, et cela peu importe le nombre d' expériences accumulées, puisque à chaque nouveau chantier, les groupes sont différents. Il faut donc constamment créer des dynamiques de groupe nouvelles, inclusives et bienveillantes. En résumé, 3 mots pour décrire cette expérience : fatigante, intense et bénéfique. J'ai hâte d'animer mon premier chantier, de mettre en pratique tout ce que j'ai appris et de contribuer à offrir une merveilleuse expérience de la solidarité internationale à de nombreux volontaires venus du monde entier.