Skip to content Skip to navigation

Témoignage d'Anouk en SVE à Tunis

Salut ! Je m’appelle Anouk, j’ai vingt et un ans et je suis actuellement en SVE à Tunis. Ma mission est relativement courte car je suis arrivée en Tunisie à la mi-octobre et je reste jusque fin février. Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une année de césure entre ma licence et mon master. J’aime beaucoup voyager ! J’avais déjà expérimenté de vivre à l’étranger lors d’un Erasmus à Madrid, j’avais envie de découvrir d’autres pays en dehors de l’Europe.

image1.jpg

Je me souviens de mon arrivée en avion et du contraste des paysages. J’ai eu l’impression d’atterrir dans un décor lunaire sur lequel on avait construit une ville. Je me souviens des maisons basses avec des toits plats et des couleurs blanc et bleue, typique de l’architecture tunisienne.

Je vis en colocation dans une maison avec sept autres français dont mon binôme de travail. J’étais un peu sceptique avant mon arrivée sur le fait de vivre avec autant de personnes et de partager ma chambre mais finalement cela se passe très bien ! J’aurais bien aimé vivre avec des personnes de nationalités différentes mais comme nous rencontrons de nombreux tunisiens dans le cadre du travail et personnel, la mixité culturelle est présente.

Concernant ma mission SVE je travaille avec une dizaine d’autres volontaires dans un club culturel dans le centre de Tunis. Je participe à leurs activités hebdomadaires à destination des jeunes tunisiens ainsi qu’à leurs événements ponctuels (formation, animation dans un centre pour adultes handicapées ou dans des maisons de quartier). Je me rends également deux matinées par semaine dans un orphelinat pour enfants nés hors mariage. De plus, je travaille en binôme sur la thématique de l’immigration, nous devons développer des projets personnels en lien avec ce sujet. Par exemple, nous avons réalisé un petit court métrage sur l’intégration de certains palestiniens en Tunisie, dans un contexte de tensions internationales sur le sujet. Nous avons finalisé ce projet lors d’un ciné –débat au club culturel. Ce travail nous a même valu d’être reçu par l’ambassadeur de Palestine à Tunis !

image2_0.jpg

Tunis est une belle ville Arabe. Elle fonctionne par quartiers et on y vient dans chacun d’eux pour des raisons différentes : à la Goulette, on se promène le long de la plage et on mange du poisson, dans le centre on fait ses courses dans les souks populaires, à Sidi Bou Said on joue les touristes, à Gammarth on sort faire la fête, à Bardo on va au musée et pour ma part on y réside. J’ai été très surprise car la ville est très grande et il faut toujours se déplacer en voiture pour le moindre déplacement. L’urbanisme n’existe pas vraiment donc la ville est très étendue. Le transport est définitivement le point négatif. Tous les moyens de transports sont compliqués (bus, métro, taxi, voiture). Sur ce point je ne râlerais plus jamais en France si mon bus arrive dans 15 minutes ! Le Maghreb c’est aussi l’Afrique et la découverte d’une autre perception du temps qui nécessite un certain temps d’adaptation quand on est européen.

image3_0.jpgimage4_0.jpg

La nourriture en Tunisie est familiale et très pimentée. La harissa est une religion! Je n’ai pas eu de problème de ce côté car j’adore la nourriture épicée. Par contre pour trouver des plats sans viande, cela est souvent compliqué ! Les plats typiques sont le lablebi, les fricasés, la ojja, les briks, le kafteji, ect. Concernant la langue, je bénéficie de quelques cours de tunisien mais le rythme des cours n’est pas très soutenu, je ne connais que quelques mots !

J’ai rencontré beaucoup de jeunes tunisiens. Je trouve sincèrement que ce sont des gens très ouverts, très calmes et accueillants. Deux mois après mon arrivée, on me souhaite encore la bienvenue ! Je sors souvent le week end avec mes amis français et tunisiens faire la fête. L’alcool est normalement interdit dans ce pays musulman mais il existe quand même une dizaine d’endroits vraiment sympas pour sortir à Tunis. J’ai rencontré davantage de garçons que de filles tunisiennes. Je pense qu’il est plus difficile pour elles de sortir le soir. Le regard des hommes, de manière générale, peut être parfois pesant mais il est supportable. Il suffit de faire son chemin et d’éviter d’aller dans certains endroits toute seule. Le droit des femmes est un combat gagné par les tunisiens lors de la révolution et ils y tiennent beaucoup !

Cela est vraiment très enrichissant de discuter avec des jeunes de culture différente et de comprendre l’histoire de leur pays. Dans les expériences fortes que j’ai vécues depuis le début de mon SVE, je pourrais citer le concert de l’orchestre symphonique tunisien, qui était génial ; le hammam car les femmes maghrébines ne font pas les gommages dans la douceur et c’est vraiment un sketch. Ou encore le match de foot Tunisie - Lybie pour la qualification à la coupe du monde.

image5.jpg

Dans quelques jours je rentre en France pour Noel, à mon retour il me restera déjà plus que deux mois ! Le temps passe trop vite ! Je vais profiter au maximum de cette super expérience tunisienne !