Skip to content Skip to navigation

Témoignage de Morgan sur l'acte d'abandon des animaux domestiques.

 

Un mot sur l’auteur : Morgan, 20 ans,  en service civique à la délégation Concordia Picardie,  bénévole à la SPA de Poulainville depuis 3 ans. Stagiaire monitrice au Club d’éducation et d’agility d’Amiens-Glisy (basé sur l’éducation positive) et future (si possible) éducateur canin en positif. Je suis sensible depuis toujours à la cause animale, ayant gagné en maturité j’ai pu commencer à réellement m’investir pour cette cause qui me tiens à cœur. J’écris donc cet article afin d’exprimer les faits d’aujourd'hui et mon sentiment autour de l’acte d’abandon.

 

Abandons

Tarzan : en placement provisoire depuis le 25/02/2018.

 

Pourquoi il y a tant d’abandons ?

       D’après la SPA, rien que le taux d’abandons des chiens et des chats s’élève à 100 000 par an dont 60 000 se passent durant la période estivale.

La majorité des abandons des animaux domestiques sont dus aux contraintes que les adoptants n’ont pas pris en considération lors de l’adoption ou de l’achat. Prenons l’exemple du chien :

  • Les chiots grandissent, ont besoin de plus de place et leurs besoins évoluent selon leur âge.
  • Nécessité de donner du temps (promenades, jeux, éventuellement éducation selon le chien et le maître).
  • Frais alloués au chien : vétérinaire, nourriture, jouets adaptés et autres matériels indispensables.
  • Contraintes liées aux vacances : on ne peut pas aller partout si on décide d’emmener l’animal avec soi, nécessité de s’organiser afin de faire garder son animal (garde à domicile ou chez un particulier, pension, famille).
  • Illégalité pour les chiens de catégories 1 et 2. Nécessité d’un permis de détention obtenu via une formation du maître et une évaluation comportementale du chien. Si contrôle et absence de permis, sanctionné d’une amende (750 euros max) et le propriétaire a 1 mois pour régularisé sinon retrait du chien, éventuellement 3 mois de prison et 3750 euros d’amende, interdiction de posséder un animal temporairement ou à vie : source d’abandon dans certains cas.
 
Daisy : abandonné pour problèmes de santé du maître, en SOS.
 
 

         Les abandons sont également conséquents après la période des fêtes, ils sont offerts comme cadeau (objet ou être vivant sensible, posez-vous la question). Je pense qu’avant d’offrir un animal domestique il faut le faire en concertation avec la personne. Ce dernier n’a peut-être pas l’envie, la place et les moyens d’entretenir et de partager des moments avec l’animal.

         Il faut également prendre en compte le choix de la race. Chaque race est différente et a des besoins qui diffèrent. Selon le temps que vous pouvez lui consacrer et votre tempérament la race la plus adaptée ne sera pas forcément  celle que vous trouverez la plus « jolie et à votre goût ». Même si, selon moi, chaque chien n’est pas une race mais un individu propre qui mérite de trouver une famille.

Qu’il soit racé ou bâtard, renseignez-vous auprès du propriétaire initial ou du refuge afin qu’il vous indique les races dont l’animal est issu et leurs caractéristiques (taille adulte, caractère typique,…), les besoins et les comportements selon le passé de l’animal (mauvaise socialisation, retiré trop tôt de la mère donc absence ou manque de codes, négligence de la mère car trop de chiots).

 Il serait dommage de vous retrouver submergé par les besoins de votre chien et de vous sentir obligé de l’abandonner…

         Prendre un animal de compagnie est un engagement, c’est un être sensible qui ressent les différentes sensations et sentiments que nous pouvons ressentir mais à leur manière. Aux yeux de la loi, depuis 2015, les animaux ne sont plus considérés comme des biens meubles. Personnellement, je trouve particulièrement aberrant que l’on ait mis autant de temps à évoluer.

         Parfois, et c’est tout à fait compréhensible, abandonner son animal  est inévitable. Plusieurs raisons peuvent contraindre le maître à en arriver là : hospitalisation, plus la possibilité de subvenir aux besoins de l’animal (perte d’emploi, perte de son logement, maladie affaiblissante, etc…). Mais il y a des façons pour le faire, ce n’est pas une honte de faire des démarches d’abandon dans un refuge ou d’essayer de faire adopter son animal par ses propres moyens. Ce qui est une honte par contre et ILLÉGAL, c’est d’abandonner son animal sur le bord de la route ou dans la nature. Même si ce n’est pas assez appliqué, la loi condamne ce genre d’abandon jusqu’à 30 000 euros d’amende et 2 ans d’emprisonnement. 

         Adopter un animal est donc un engagement et une responsabilité. Il faut réfléchir avant de prendre la décision. Vous demandez si vous avez les moyens (financiers, votre santé, votre âge, etc…) de subvenir à ses besoins toutes sa vie, si vous avez la place, le temps et bien évidemment si vous vous sentez capable d’adapter votre vie en fonction de l’animal. Les vacances ou le divorce ne sont pas, selon moi, des excuses pour abandonner votre animal.

         Pour donner quelques chiffres, financièrement un chien vous reviendrait à 1500 euros par an environ et un chat à 800 euros par an (ces chiffres sont à titre indicatif).

         Avant d’acheter un animal dans un élevage déplacez-vous dans les refuges. Beaucoup d’animaux des refuges ont besoin d’un foyer et le coup de foudre peut se passer. A la SPA une adoption pour un chien est de l’ordre de 250 euros pour un chien et 150 euros pour un chat comprenant la stérilisation, les vaccins, l’identification par puce,… . Il y a également les animaux en SOS (âge avancé, passé, etc…) où la participation est libre.

 

Possibilités de faire garder son animal :

  • Pensions : tarifs varient selon l’espèce de votre animal (chien, chat, NAC ou cheval)

 

  • Garde à domicile : chien = 10 à 23 euros /jour

Chat = 9 à 20 euros/jour

NAC = 6 euros/jour

         Sans compter les frais vétérinaire si besoin, nourriture et autres frais liés à votre animal.

  • Garde chez un particulier : chien = 8 à 20 euros/jour

Chat = 7 à 20 euros/jour

NAC = 3 à 5 euros/jour

         Sans compter les frais vétérinaire si besoin, nourriture et autres frais liés à votre animal.

  • Chenil : chien = 12 à 19 euros/jour

Chat = 8 à 12 euros/jour

 

         Les tarifs sont à titre indicatif et sur de grands intervalles, ils varient selon le lieu, la personne ou l’organisation à qui vous désirez confier votre animal et les prestations que vous voulez. Renseignez-vous et  attention aux arnaques qui pourront juste faire du mal à votre animal pendant votre absence.

 

         En cas de comportement(s) difficile(s) chez votre chien (plus ou moins important) dû à une mauvaise socialisation, rejet de la mère, maltraitance, etc… n’abandonnez  pas votre chien pour cette(ces) raison(s), des éducateurs et/ou comportementalistes existent et vous permettrons d’améliorer  nettement son (ses) mauvais comportement(s) ou même de totalement le(s) supprimer. Bien évidemment ne vous dirigez pas vers la méthode traditionnelle, elle détruit votre chien et le fait obéir par la peur. Certes elle est plus rapide mais il vaut mieux suivre la méthode positive qui sera plus longue mais axera le  travail sur la relation que vous avez avec votre chien, la réflexion (apprentissage du chien et non réaction par crainte) par le biais de la récompense (nourriture, jeux, fête),  d’exercices ludiques et adapté à chaque chien par le temps et le type.

 

Simba : adopté mais de retour car possessif.
 
 

Si vous désirez adopter, voici les coordonnées de la SPA de Poulainville dans laquelle je suis bénévole :

Tel : 03 22 52 01 47       

Adresse : 80 – Refuge Poulainville/ Rue des Aubivats 80260 Poulainville.

Horaires d’ouverture : Lundi au Dimanche de 13h30 à 17h30.

Pour voir et connaître les chiens/chats/lapins/…  à l’adoption, adoptés et les actualités, rendez-vous au refuge, sur le compte Facebook ou le site du refuge.