Skip to content Skip to navigation

Une Volontaire dans le Sahara

Marion témoigne sur son SVE

Je me présente, je m’appelle Marion, j’ai 22 ans et actuellement je vis à Sabadell, dans la province de Barcelone en Espagne, pour un SVE de 10 mois au sein de l’association TACC. Mon association d'envoi était Concordia Rhône-Alpes.

En septembre j’ai intégré TACC (plateforme qui promeut l’art, la culture et le design à travers les jeunes) en tant que support à la section de Cooperacion. J’ai eu la chance de prendre part à un projet de coopération internationale avec les camps de réfugiés au Sahara.

En 1989, la ville de Sabadell a signé un accord de jumelage avec Argub ville du Sahara Occidental.

Dans le but de travailler conjointement sur le chemin de la paix, la liberté et le progrès, 25 ans plus tard l’accord a été renouvelé et en 2017, TACC a rejoint ce projet en tant que collaborateur pour renouveler et intensifier cet engagement avec le peuple Sahraoui.

article_de_marion_attanasio_-_image_2.jpg

 

Petit rattrapage, l’histoire du Sahara occidental :

1884-1975 : Occupation Espagnole

1974 : L’Espagne annonce son intention de se retirer et propose d’organiser un référendum.

1975 : Occupation Marocaine, plusieurs milliers de personnes quittent le Sahara Occidental pour échapper au conflit armé, et se réfugient de l'autre côté de la frontière algérienne en plein désert.

6 novembre : Marche verte pacifique organisée par Hassan II de 350 000 civils marocains encadrés par 20 000 militaires pour "prendre possession du Sahara occidental" espagnol que les Marocains revendiquent.

1981-1987 : Construction par l’armée marocaine de 6 murs de 2700 km qui coupent le territoire sahraoui en deux

article_de_marion_attanasio_-_image_3.jpg

 

Voilà donc 40 ans qu’une partie du peuple Sahraoui a fui le Sahara occidental pour se réfugier en plein désert au Sud de l’Algérie. C’est ici que je me suis rendue, avec un groupe de médecins (chirurgiens, pédiatres et dermatologues) ainsi que 7 jeunes de Sabadell, pour réaliser le premier camp de solidarité.

Après la sélection et la formation des 7 jeunes, nous sommes partis dans les camps de réfugiés de Tindouf et sommes restés 15 jours pour rapprocher les jeunes de la cause Sahraoui et réaliser diverses activités socio-éducatives avec les enfants et  adolescents des camps.

Le but était à travers la rencontre de ces jeunes avec le peuple Sahraoui de créer un programme éducatif non-formel pour développer l’intérêt à la culture, l’art, la jeunesse ou encore l’égalité.

J’ai donc fait partie de l’aventure en tant que soutien à la coordination du camp de solidarité, j’ai pu prendre part à l’accompagnement du groupe lors des activités, des réunions de préparation et de la vie quotidienne. Ce fut une expérience forte en apprentissage et prise de conscience. 

article_de_marion_attanasio_-_image_1.jpeg