Skip to content Skip to navigation

Retour sur la formation P.R.O.M.E.T.E.U.S qui a eu lieu à Chiriboga, Equateur

Avec d'autres bénévoles et salarié.e.s de Concordia, j'ai eu l'occasion et la chance de participer à une formation en Equateur. Je vous raconte un peu ça.

 

Eclaircissons d'abord un point. P.R.O.M.E.T.E.U.S, c'est le PRoject Management Empowerment by Trainings in European Union and South-America. Tout un programme.

 

En fait, il s'agit, d'un projet d'une année, financé par le programme de l'Union Européenne Erasmus +, visant à améliorer les savoir-faire à propos du travail de jeunesse et à échanger des bonnes pratiques entre Concordia (France), Lunaria (Italie), la Fundación Proyecto Ecológico Chiriboga (FPEC, Equateur) et las Brigadas de Voluntarios Bolivarianos del Perú (BVBP Pérou). Le tout par l'intermédiaire d'activités de mobilité et d'échanges concernant des travailleurs de jeunesse et des volontaires.

L'objectif principal de ce projet est de promouvoir la coopération entre ces organisations dans les domaines de l'éducation et de la formation, et de lancer, tester et mettre en œuvre des pratiques relatives au travail de jeunesse. L'idée est aussi de reconnaître la contribution des organisations de jeunesse et de volontariat au développement de la mobilité transfrontalière des jeunes.

Ce projet vise également à renforcer la capacité du consortium à organiser des chantiers internationaux de bénévoles en partageant des pratiques et en mettant l'accent sur les aspects gestion, communication et formation.

 

Plusieurs actions sont au programme de ce projet : missions de Service Volontaire Européen (SVE), ateliers d'observation et de participation, « jobshadowings », formations...

C'est ainsi que du 11 au 17 décembre 2017, une formation a eu lieu à la  Fundación Proyecto Ecológico Chiriboga, dans la jungle, à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Quito, la capitale équatorienne. Comptez deux bonnes heures de bus sur une piste parfois un poil vertigineuse en plein dans les Andes pour vous y rendre. Le tout en musique et en admirant les volcans et la luxuriante flore, bien sûr.

 

Durant une semaine, 28 personnes venues des quatre organisations ont participé à cette formation qui visait à :

 - créer une vision commune de ce qu'est un chantier international de bénévoles et de ce que sont ses effets éducatifs,
 - partager les bonnes pratiques et les expériences de chaque organisation à propos de la mise en œuvre d'un chantier international,
 - échanger des outils et des méthodologies basées sur l'éducation populaire (ou « non formal education » NDLR) concernant les différents aspects d'un chantier international de bénévoles.

 

Guidé.e.s par les quatre facilitateurs.trices, le groupe a pu travailler sur ces questions, le tout dans une ambiance d'éducation populaire, d'échanges horizontaux et de partage des idées, opinions et expériences.

Dans une atmosphère tout-à-fait interculturelle et multi-langagière, nous avons pu profiter des échanges pour enrichir nos palettes d'actions, ramener de nouvelles idées à mettre en place à notre retour et développer un riche partenariat naissant entre ces quatre organisations.

 

De mon point de vu, j'ai particulièrement apprécié : la rencontre avec d'autres personnes et d'autres organisations, le travail collectif de construction d'actions, le temps de chantier (ah porter des pierres en chantant du Manau au milieu de la jungle...), la déclinaison en profondeur des six aspects d'un chantier selon l'Alliance (politique, éducatif, touristique, social, productif, économique) et les moments de rigolades qui ont jalonné la semaine. Et puis, j'ai bien mangé (ah le jus de mangue... ah le poisson grillé...)... Et bien testé le hamac à côté de la rivière... Et beaucoup apprécié de me tester à la représentation graphique... Bref, moult choses précieusement vécues !

 

A noter le magnifique accueil de la part de l'équipe du lieu qui nous a permis de travailler dans de très bonnes conditions (à l'intérieur et à l'extérieur), de déguster de formidables repas roboratifs (j'avais déjà évoqué la bouffe ? Ah, ok) et de découvrir la jungle environnante grâce à une balade d'une matinée (au milieu des pumas, sauf qu'on les a pas vus ; par contre, on a traversé une forêt première, c'est assez cool). Gracias a todos y todas !

 

Un dernier mot pour dire que j'ai vécu une bien belle aventure, durant laquelle j'ai pu continuer à développer mes connaissances, découvrir un endroit du globe complètement méconnu en Amérique latine (AL, pour les intimes), croiser des pipe-lines en pleine Cordillères des Andes (l'endroit regorge de pétrole, et donc aussi de militaires et autres travailleurs du secteur...), visiter un bout de Quito et, surtout, partager des moments d'une rare intensité avec des gens que je n'oublierai pas de quito euh de sitôt.

 

Que vive ce projet P.R.O.M.E.T.E.U.S ! Que vive la coopération ! Et que vivent les échanges internationaux !

 

Benoît, participant à la formation