Skip to content Skip to navigation

Témoignage de Ruben, co-animateur de chantier

Bonjour ! Moi c’est Ruben, je suis volontaire espagnol en Corps Européen de la Solidarité au sein de l’association Concordia Sud-Est à Clermont l'Hérault pendant 7 mois. J'ai commencé ma mission en tant que co-animateur de chantiers internationaux pendant deux mois : de beaux projets avec beaucoup de belles expériences !

Tout d'abord, quand je suis arrivé à Saint-Sébastien-d'Aigrefeuille, un petit village du sud de la France, j'ai rencontré German, un animateur qui a de l'expérience dans les chantiers. Je me suis senti très à l'aise car c'était mon premier chantier. Le projet a très bien démarré pour tout le monde. Les volontaires étaient ouverts d'esprit pour se rencontrer et ils étaient motivés pour commencer le travail. L’objectif de ce chantier était la construction d’une calade (rue romaine avec des rochers). Mon deuxième chantier s’est également déroulé avec German, l’animateur, mais cette fois-ci dans un petit village des Pyrénées à Luz-Saint-Sauveur.

L’objectif des projets de chantiers internationaux est de réaliser un travail technique pendant plusieurs semaines. Ainsi, le matin les volontaires travaillent sur la réalisation du projet ou de la construction, et l’après-midi, ils découvrent la région, les environs et effectuent différentes activités.

Les premiers jours du chantier, nous avons fait différentes activités pour instaurer une dynamique de groupe et essayer de créer de la cohésion. Cela s’est très bien déroulé grâce à l’équipe d’animation mais aussi parce que les participants étaient des personnes incroyables ! Quand je pense que j'ai contribué à créer cette atmosphère pour développer les échanges interculturels, je me suis senti très fier. J’ai pu me faire de nouveaux amis avec qui je garde le contact, j'apprends le français et j'acquiers de nouvelles compétences sociales et professionnelles.  

Ma mission principale lors de ces deux projets consistait à venir en aide à l’équipe d’animation dans l’organisation de la vie quotidienne des chantiers. J’aidais ainsi l’équipe à organiser la préparation des repas, la répartition des tâches collectives et venais en aide à l’organisation générale du projet. Par exemple, les tâches de cuisine et nettoyage sont faciles à organiser, car il s'agit de préparer les repas et de nettoyer la maison, mais le problème est juste de savoir comment organiser les équipes afin de créer une manière optimisée pour le bon déroulement du projet ! Ainsi, nous avons décidé d’effectuer différentes équipes par jour, qui se sont chargées de nettoyer la maison et de préparer le déjeuner et le dîner. L’autonomie des participants est très importante dans les projets de chantiers internationaux, tout le monde doit participer ! D’un point de vue général, les participants ont apprécié ces moments de vie collective. Ils m'ont dit que c'était génial de pouvoir préparer les repas pour le reste des participants et d’avoir un vrai moment de partage.

Aussi, ma mission a été d’être là pour les participants ; discuter et partager avec eux, notamment leur peur et leur crainte. Tout le monde a des craintes et des insécurités dans la vie et aller sur un chantier avec des gens d'autres pays dont on ne sait pas qui ils sont, ça peut être difficile. J’ai rencontré des gens extravertis mais aussi des gens timides, des gens qui créent des relations plus rapides et d'autres qui ont besoin de plus de temps. En fait, le chantier est un échange interculturel où les personnes peuvent s'ouvrir, un endroit agréable pour profiter du bon temps.

L’équipe d’animation s’est efforcée de rendre la situation possible, mais ce n’est pas toujours facile quand on a un groupe de 10 à 15 participants venant de pays différents avec des cultures différentes pendant 2 à 3 semaines. C’est pour cette raison, que dès le début des chantiers internationaux, nous organisons des jeux d’interconnaissance pour permettre la discussion et la rencontre entre tous les participants. Nous avons aussi organisé des activités de groupe tous les jours, ce qui a beaucoup facilité la rencontre et le partage entre tous les participants.

Je pense que le plus gros enjeu était de conserver ma motivation et mon énergie car travailler et vivre avec les mêmes personnes pendant plusieurs semaines ça peut-être un peu épuisant par moment !  Mais je me suis tout de suite senti intégré au groupe. J’ai 23ans, et j’étais co-animateur et facilitateur pour des personnes de plus de 30 ans… c’était parfois étrange d’être le "Grand frère" des participants, mais très intéressant !

En conclusion, mon expérience de chantier international a été un grand moment pour moi. J'ai rencontré des gens incroyables, j'ai acquis beaucoup de compétences en gestion et dynamique de groupe, j’ai développé mon rôle de leader et appris à gérer des conflits. J'ai également pu visiter deux beaux endroits dans le sud de la France, en pleine nature, et j'ai bénéficié de très bonnes conditions d'hébergement lors de ces projets. Je suis heureux d'avoir décidé de travailler comme bénévole car je sens que ma vie ici est pleine de bonnes aventures !

 

Retrouvez le chantier de Ruben en vidéo !