Concordia - Découvrir la Hongrie : L’histoire de Gloria lors de son année CES

Découvrir la Hongrie : L’histoire de Gloria lors de son année CES

Dans cette interview, nous nous entretenons avec Gloria, diplômée en psychologie résidante à Compiègne, qui a effectué un volontariat d’un an en Hongrie grâce au Corps Européen de Solidarité (CES). Rejoignez-nous dans cette brève conversation avec elle et découvrez ce qui l’a motivée à se lancer dans une telle aventure.


Q. Pourquoi as-tu décidé de devenir volontaire ?

R. J’avais déjà ce rêve de faire quelque chose à l’étranger, de voyager, et ainsi de suite. En 2018, j’ai eu l’occasion de participer au programme du Service Civique, où j’ai été volontaire pour une association en Alsace pendant huit mois. Cette expérience m’a beaucoup plu et c’est pour cela que j’ai voulu faire quelque chose de similaire, mais à l’étranger. C’était ma première fois que je vivais pendant une longue période en dehors de la France..

 

Q. Pourquoi as-tu choisi ce projet spécifique ?

R. Comme j’avais déjà terminé le programme du Service Civique, je ne pouvais pas y participer à nouveau. Cela m’a conduit à explorer d’autres opportunités de volontariat. Après de nombreuses recherches, j’ai découvert Concordia. Je l’ai donc contactée, et j’ai commencé le processus pour obtenir un placement à l’étranger.

Q. Pourquoi as-tu choisi la Hongrie ?

R. En réalité, la Hongrie n’était pas mon choix initial. C’est elle qui m’a choisi. J’ai posé ma candidature partout sans préférence particulière. Cependant, lors d’une réunion avec l’un des organisateurs d’un programme de volontariat en Hongrie, tout s’est mis en place sans problème.

Q. Quel type d’éxperience cherchais-tu ?

R. Je voulais faire quelque chose d’artistique, et ce volontariat m’a donné l’occasion d’explorer différentes activités créatives. Étant passionnée de théâtre, j’ai proposé de devenir enseignante d’art dramatique, et ils ont organisé un cours hebdomadaire. De plus, j’ai apporté mon aide aux écoles en aidant les enfants à apprendre l’anglais.

Q. As-tu appris quelque chose de la langue ?

R. Bien sûr ! Notre organisation d’accueil organisait des cours de hongrois hebdomadaires. Je voulais aussi faire un effort et essayer d’apprendre la langue. Alors, j’ai commencé à utiliser Duolingo, mais c’est une langue difficile à apprendre.


 

Q. As-tu rencontré des problèmes/difficultés pendant le volontariat ?

R.Évidemment, il y a toujours des problèmes, mais je pense que cela dépend davantage de la mentalitéavec laquelle on les aborde. Par exemple, je n’ai pas créé d’attentes pour moi-même, et je n’avais pas la certitude que les choses se dérouleraient comme je le pensais. J’ai été très flexible.

Avec mon organisation d’accueil, la communication était parfois un peu difficile. Quelquefois, j’ai eu des problèmes avec l’argent qu’ils devaient me donner chaque mois, et ils étaient lents à me le donner. J’en ai parlé à mon coordinateur à Concordia et, après cela, je n’ai plus eu de problèmes. Cela m’a montré que je n’étais pas seule dans mon bénévolat: il y a toujours quelqu’un à contacter à « la maison ».

Q. Qu’as-tu le plus apprécié ?

R. La liberté que j’ai eu, sans aucun doute. J’avais ma propre chambre, qui était très grande, et je partageais l’appartement avec une seule autre personne: je me sentais très à l’aise. De plus, mon organisation avait confiance dans les volontaires, et je pouvais donc proposer beaucoup de choses que je voulais faire, et ils m’aidaient.


 

 

 

 

 

 

 

 


Q. As-tu senti un changement en vous après le volontariat ?

R.C’est une question profonde, à laquelle les gens répondent souvent de manière très dramatique. Je ne pense pas avoir beaucoup changé. J’ai acquis plus d’expérience, et j’ai amélioré les compétences que j’avais déjà, comme ma capacité à m’adapter à de nouveaux environnements.

Q. Comment décrirais-tu ton expérience en 3 mots ?

R. OPPORTUNITÉ ; LIBERTÉ ; ART. 

Q. Si tu avais la possibilité de revenir en arrière, choisirais-tu le même projet avec la même organisation ?

R. Oui, je participerais à nouveau au même projet. Si je pouvais revenir en arrière, je choisirais la même chose. Pour moi, c’était incroyable, surtout parce que je ne me suis pas seulement consacrée à ce projet, mais j’ai aussi développé d’autres projets personnels, comme le mannequinat, des projets musicaux…. Nous avons fait des concerts, et même des comédies musicales !

Je renouvellerais cette expérience en Hongrie. J’y ai rencontré beaucoup de gens et j’y ai maintenant beaucoup d’amis. Par exemple, il y a deux semaines, je suis allée là-bas pour rendre visite à mes amis. Je veux dire que lorsque je fais quelque chose, j’aime le faire à 100 %. Il est très important de ne pas partir uniquement en tant que touriste ou bénévole, mais d’essayer de faire partie de la communauté.

Q. Qu’as-tu en tête pour ton avenir proche ?

R. J’ai étudié la psychologie, mais l’art me manque. Alors, maintenant, je fais quelque chose de différent. En novembre, j’ai commencé une école de gestion de projets. Mon rêve est de devenir directrice artistique. Mais pour le moment, je ne cherche qu’un emploi : le programme de l’école est une formation en alternance. Cela signifie que l’on suit des cours pendant une semaine, puis que l’on travaille pendant 3 semaines dans une entreprise. Il me reste donc à trouver une entreprise.

Q. Voudrais-tu rester en France ?

R. Non, j’aimerais partir à l’étranger, mais pour le moment, je dois rester en France parce que je viens de commencer cette école, donc je ne peux pas déménager pour l’instant. En effet, j’espère vraiment trouver une entreprise qui me permettra de travailler ici la première année, et qui m’enverra à l’étranger les années suivantes.

J’espère avoir l’occasion de voyager à nouveau. À cet égard, je sais qu’il existe plusieurs programmes pour partir à l’étranger, mais le problème est que les gens ne les connaissent pas. Ces projets devraient faire l’objet d’une plus grande publicité, et être mieux diffusés parmi les jeunes. Il faut plus d’informations !


Q. Quels conseils donnerais-tu à ceux qui s’apprêtent à commencer une expérience à l’étranger ?

R.Soyez ouvert ! Et pas seulement en ce qui concerne votre état d’esprit. Soyez ouvert pour proposer des idées. Ne restez pas assis sur votre chaise à attendre que les autres vous disent quoi faire. Soyez proactifs ! 

Qu’est-ce que le Corps Européen de Solidarité ? Plus d’informations ici

Publié le vendredi 05 janvier 2024 à 16:21:54

20 juin 2024 - Actualités | Conseil d'Administration | Tribune
Tribune du Mouvement Associatif – L’extrême-droite, une menace pour l’action associative et citoyenne

Concordia est signataire de la tribune du Mouvement Associatif "L'extrême-droite, une menace pour l'action associative et citoyenne"   Les élections…

Lire la suite
13 juin 2024 - Actualités | CES | Corps Européen de Solidarité | Normandie - Maine | Témoignage | Volontariat
Diana’s first few months as a volunteer in France: new experiences, some hardships and wonderful days

Discover Diana's first months as an ESC volunteer in the beautiful city of Le Mans, in the North-West of France!…

Lire la suite
6 juin 2024 - Actualités | Communiqué | Conseil d'Administration | Paix | Palestine
Communiqué du Conseil d’Administration sur la situation en Palestine

Nous avons eu beaucoup de mal à trouver les mots pour parler de la situation en Palestine ces derniers mois.…

Lire la suite
4 juin 2024 - Aquitaine | Chantier | Délégation | Normandie - Maine
Une offre exclusive ! Deux chantiers gratuits durant le mois de juin !

OFFRE EXCLUSIVE : GRATUITÉ SUR LES CHANTIER CONCF-3310 ET CONCF-7201   Pour combler les dernières places disponibles sur notre chantier…

Lire la suite
4 juin 2024 - Actualités | Aventure | CES volontariat | Découverte | Engagement | Témoignages | Témoignages CES
Un an de solidarité en Espagne : Le récit inspirant de Flavie, volontaire en Corps Européen de Solidarité

Découvrez le témoignage de Flavie, 24 ans, volontaire en Corps Européen de Solidarité en Galice, Espagne. Elle partage ses défis,…

Lire la suite