Skip to content Skip to navigation

Matthieu : chantier en Inde

 

 

matthieug.jpg

 

Je m’appelle Matthieu Girard, j’ai 22 ans et je suis actuellement étudiant ingénieur en Sécurité, Environnement et Prévention des risques à l’ESAIP à Angers.

J’ai connu Concordia par l’intermédiaire de mes prédécesseurs à l’école ayant fait appel à cette structure. Fort d’une expérience de 65 ans, Concordia s’impose aujourd’hui parmi les services de volontariat les plus réputés en France envoyant chaque année plus de volontaires grâce à son large réseau.

 

Depuis plusieurs années, j’avais en projet de réaliser un échange international autour d’un projet d’intérêt collectif. Durant ma première année à l’école, il m’a été demandé de mettre en application mes connaissances dans un stage. J’ai alors saisi cette opportunité pour concrétiser mon engagement associatif dans l’humanitaire et combler mon réel désir de découvrir l’Inde du Nord et sa richesse culturelle.

 

matthieug3.jpg

J’ai réalisé ma mission dans la ville de Dharamsala. Localisée dans l’Himachal Pradesh tout au Nord de l’Inde, celle-ci accueille chaque année plus de 400 000 touristes désireux de découvrir les somptueux paysages de la région. De plus, ce lieu est une terre d’accueil pour de nombreux réfugiés tibétains qui viennent y chercher un havre de paix.

 

Durant près de trois semaines, les autres volontaires et moi-même avons concentré notre attention sur trois tâches principalement :

matthieug4.jpg

 

L’enseignement sous forme de jeux ludiques en anglais (géographie, mathématiques) dans l’école gouvernementale du McLeod Ganj ;

 

 

matthieug5.jpg

 

La rénovation des murs de cette école avec l’élaboration d’une peinture murale ;

 

matthieug6.jpg

 

La collecte des déchets à Bhagsu Nag avec les Waste Warriors dans le but de sensibiliser la population locale.

 

matthieug7.jpg

 

 

En parallèle, nous avions de nombreuses visites organisées pour découvrir la culture indienne et tibétaine. 

 

 

Nous étions 14 volontaires de 6 nationalités différentes : 3 belges, 2 américains, 1 coréenne, 2 italiens, 5 français, 1 grecque.

matthieug8.jpg

Cette première expérience de volontariat international fut très enrichissante et restera à jamais gravée dans ma mémoire. En y allant, j’ai pu découvrir ce qu’était réellement l’humanitaire. Je ressors grandi de cette expérience et ce que j’ai vécu a été bien au-delà de mes espérances.

J’ai trouvé un réel intérêt à participer aux activités et aux debriefings du groupe à la fin de chaque journée, où chacun pouvait apporter son point de vue pour faire évoluer la mission. Les résultats de ce projet d’intérêt collectif sont satisfaisants et ont été reconnus par mes responsables. Nous avons procédé à la réfection de tous les murs de l’enceinte de l’école et des murs du bâtiment principal, donné des bases d’anglais solides aux enfants sous la forme de jeux ludiques et aidé les Waste Warriors dans leur campagne de sensibilisation des déchets. Ces actions peuvent paraître dérisoires comparées aux problèmes majeurs auxquels l’Inde fait face mais à l’échelle locale, nous avons amélioré le quotidien d’une cinquantaine d’enfants et attirer l’attention de centaines de personnes sur la gestion des déchets.

Cette mission était aussi et avant tout un échange interculturel riche en émotion. J’ai été surpris de voir à quel point les enfants aiment apprendre et réfléchir. Ils sont curieux, volontaires et font preuve d’une maturité incroyable pour leur jeune âge. La plus grande satisfaction reste tout de même le sourire et la joie que les enfants partageaient au quotidien.

matthieug9.jpg

J’ai également trouvé des personnes avec des valeurs humaines incontestables qui m’ont permis de m’ouvrir l’esprit sur des problématiques telles que la disparition progressive de la culture tibétaine et la place des castes dans la société indienne.

Ce que je dirais à quelqu'un qui hésite à faire un chantier ?  

« Fait de ta vie un rêve et de ton rêve une réalité »

Antoine de Saint-Exupéry.