Concordia - Journal de voyage

Journal de voyage

Salut, 

Je m’appelle Agnès et je suis actuellement volontaire à Concordia Picardie.

En tant que telle, j’ai eu la chance de pouvoir prendre part à différents projets qui m’ont enrichie intellectuellement, et relationnellement.

J’ai donc participé à trois projets : un en Espagne, un à Paris, puis à Amiens même.

Voici, en quelques lignes, les bienfaits que m’ont prodigués ces pérégrinations et les différents thèmes abordés lors de celles-ci.

Toutefois, je me retrouve confrontée à une difficulté. Comment vous raconter les voyages de manière exacte ?

“Un voyageur est une espèce d’historien ; son devoir est de raconter fidèlement ce qu’il a vu ou ce qu’il a entendu dire ; il ne doit rien inventer, mais aussi il ne doit omettre.” Cette magnifique citation, nous la tenons de Chateaubriand.

Il a, de mon point de vue, surestimé nos capacités de retranscription du passé, mais aussi du présent.

Nos sensations nous permettent d’appréhender le monde, et nous relient à nos souvenirs. Cependant, celles-ci sont mouvantes.

Les souvenirs eux-mêmes se réinventent constamment.

D’un individu à un autre, les ressentis liés à un événement, diffèrent. 

Et leur récit s’influence mutuellement. 

De plus, il faut aussi prendre en considération l’état émotionnel dans lequel est l’auteur lors de la rédaction, qui peut conduire à des modifications, plus ou moins importantes, du fait.

Par conséquent, l’écriture rétrospective est une tâche ardue, qui amène à questionner l’objectivité de chaque texte.

“La vie ordinaire est celle d’un individu continuellement aspiré. Je suis aspiré par mes pensées, par mes souvenirs, mes désirs, mes sensations. Par le beefsteak que je mange, la cigarette que je fume, l’amour que je fais…”, Georges Ivanovitch Gurdjieff.

Voici une citation décrivant parfaitement la place des sensations dans notre manière de nous inscrire, consciemment ou non, dans l’instant, dans notre environnement.

Les sensations jouent, en effet, un grand rôle sur la mémorisation. 

“Les heureux sont les gens qui ont su garder en eux-mêmes la mémoire vive de leurs sensations les plus intenses. Il n’y a pas de bonheur sans souvenir.” Pierre Karch.

Si vous le voulez bien, je vais vous faire parcourir la bibliothèque de mes souvenirs des derniers voyages. Bien que la mémoire fonctionne de façon fragmentée, la narration sera tout de même chronologique.

En premier lieu, Andréa, Asly et moi-même, nous nous sommes rendues à 1500 km d’Amiens, direction l’Espagne ! Nous avons pris nos cliques et nos claques pour rejoindre l’échange Erasmus + de l’association Peliagudo Arte y Circo, du 18 au 25 mars, à Obon, placé sous le thème Encuentro Legendario. 18 jeunes venant d’Italie, de Serbie, d’Espagne et de France, se sont impliqués dans cette Rencontre Légendaire.

L’info-kit, que nous avons consulté au préalable, présentait le projet comme l’étude de l’héritage culturel intangible, propre à la culture des différentes nationalités de chacun des participants, et la création d’œuvres artistiques, liées à auxdites cultures. 

“L’art est le langage des sensations, qu’il passe par les mots, les couleurs, les sons ou les pierres” Gilles Deleuze.

Ainsi, j’ai énormément appris grâce aux diverses activités. Les présentations théâtrales que nous avons réalisées autour des mythes et légendes internationaux, ainsi que les workshop animés aussi bien par Arturo, l’un des organisateurs du projet, que par certains participants, m’ont donné la possibilité de voir la créativité comme un outil de flexibilité utile au quotidien, et de prendre du recul sur le regard des gens, en prenant confiance en moi. 

Dans un second temps, Farid, bénévole à Concordia Picardie et moi-même, nous sommes allés au regroupement national ESS’team, qui avait pour objectif de rassembler les volontaires en Service Civique de toutes les délégations de Concordia, afin de nous informer sur l’Economie, Sociale et Solidaire (ESS), pour que nous puissions adopter une consommation “réfléchie”, et nous amener à nous engager dans l’ESS. Cette expédition à Paris, était sur quatre jours, du 3 au 6 avril. 

Nous avons eu l’opportunité de visiter différents lieux mettant en pratique l’ESS. 

La deuxième journée, nous avions, au choix, la possibilité de nous rendre : à la Recyclerie ou à la Cité Fertile, ou encore à la Maison des Canaux, à l’Institut des Cultures d’Islam, ou à l’Atelier des artistes en exil.

Ainsi, Farid et moi-même, nous sommes rendus le matin à l’atelier des artistes en exil, puis l’après-midi à la cité fertile.

L’Atelier des artistes en exil : “se donne pour mission d’identifier des artistes en exil de toute origine, toutes disciplines confondues, de les accompagner en fonction de leur situation et de leurs besoins, de leur offrir des espaces de travail et de les mettre en relation avec les réseaux professionnels (français et européens), afin de leur procurer les moyens d’éprouver leur pratique et de se restructurer. L’atelier des artistes en exil répond à des demandes de programmation et développe ses propres événements, dont les “party en exil” et le festival pluridisciplinaire, Visions d’exil, en co-construction avec des lieux partenaires.” (description provenant de l’info-kit réalisé par la délégation Concordia Rhône-Alpes).

Quant à la Cité Fertile, elle est : “depuis 2018, un tiers-lieu culturel qui réunit des acteurs engagés dans la transition écologique et dans l’économie environnementale, sociale et solidaire (ESS) à l’occasion de rassemblements citoyens, de temps d’innovation entrepreneuriale et de fêtes dans un cadre éco-responsable. Tout au long de l’année, le tiers-lieu propose une programmation en direction des professionnels et des publics.”(description provenant de l’info-kit réalisé par la délégation Concordia Rhône-Alpes).

La visite de l’Atelier des artistes en exil était vraiment touchante. En effet, de nombreux artistes du fait de la situation de leur pays duquel ils ont fui, retransmettent souvent au travers de leur art, les événements traumatisants dont la population est victime. 

Une rencontre qui m’a d’autant plus marqué, du fait de l’échange que nous avons pu avoir avec Hura Mirshekari, jeune femme iranienne. Son art a pour objectif de redonner une voix aux femmes de son pays, dont elles sont privées depuis bien trop longtemps. Elle raconte, également, les actes insensés que subissent les enfants.

Toutefois, malgré la tristesse que communique son art, elle déborde d’une énergie lumineuse, chaleureuse, qui inspire amour et espoir. 

Le mercredi, nous avons partagé des moments d’échange entre services civiques pour voir dans quelle mesure leur volontariat s’inscrivait dans l’ESS. De plus, Monsieur Michel , a eu la gentillesse de nous transmettre ses connaissances, plus théoriques, sur l’ESS. En conséquence de quoi, nous avons pu prendre connaissance de l’évolution historique de l’ESS, avec les grands noms de ceux qui y ont participé.

 

En outre, du 10 au 16 avril, à Amiens, j’ai été au projet Erasmus +, Creating a Better You, mené par, Anna et Clara, deux CES de Concordia Picardie.

Nous étions 14 participants, venant de Géorgie, Espagne, Italie, Irlande, France, Serbie, Maroc, Moldavie et Biélorussie. 

Je me suis amusée lors de ces journées. Nous avons partagé beaucoup de moments conviviaux et avons appris les uns des autres. Cette aventure était humainement enrichissante. Par ailleurs, le bénévolat à l’Ile aux fruits est l’une des activités qui m’a le plus plu. Cela peut paraître niais, néanmoins, se retrouver en contact avec la terre et les plantes m’a fait un bien fou. C’était un vrai retour aux sources, et m’a rappelé lorsque petits, nous jouions avec un rien : un bout de bois, un caillou…

Enfin, j’ai eu la chance de découvrir des personnes incroyables, créatives, douces et honnêtes, lors des différents projets.

N’y a-t-il rien de plus épanouissant que d’aller à la rencontre de l’autre ?

Dans certains cas, j’ai même eu l’opportunité de nouer des amitiés, qui je l’espère, perdureront “l’amitié, c’est ce qui vient du coeur quand on fait ensemble des choses belles et difficiles” Abbé Pierre.

“L’amitié, c’est une bienveillance réciproque qui rend deux êtres soigneux l’un du bonheur de l’autre.” Platon

Pour conclure, j’aimerais sincèrement remercier Concordia qui m’a permis de voyager, de connaître des personnes qui me sont, aujourd’hui précieuses, mais aussi d’aller à ma propre rencontre. J’en ressors avec la certitude que grandir c’est porter un regard serein vers l’avenir. Et que la manière la plus sûre d’y parvenir c’est d’être bien entouré.

“Il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses”. Milan Bouvier

“Rien ne développe l’intelligence comme les voyages.” Emile Zola

Publié le mardi 12 septembre 2023 à 18:05:55

20 février 2024 - Actualités | Chantier international
Tu Viens Tchatter Chantier en 2024 ?

🌞 Prêt·e pour un été épique rempli d'aventures ? 🌞   T'as entendu parler du volontariat par tes potes, mais…

Lire la suite
23 janvier 2024 - Actualités | CES | Chantier international | Corps Européen de Solidarité | Picardie | Volontariat
The end of an incredible unexpected story

Bonjour à tous, je m'appelle Gemma et je viens de Barcelone, en Espagne. En ce moment, c’est la fin de…

Lire la suite
5 janvier 2024 - Actualités | Bénévolat | Corps Européen de Solidarité | Expérience | Témoignages
Découvrir la Hongrie : L’histoire de Gloria lors de son année CES

Dans cette interview, nous nous entretenons avec Gloria, diplômée en psychologie résidante à Compiègne, qui a effectué un volontariat d'un…

Lire la suite
17 octobre 2023 - Actualités | Service Civique | Témoignage
« Tous ces moments resteront gravés ! » – Le témoignage de Zak, volontaire au Secteur International

  L'avant Concordia, aka la galère des recherches   Salut ! Je m’appelle Zakaria et je viens de terminer mon…

Lire la suite
3 octobre 2023 - Actualités | Chantier international | Témoignage | Témoignage Chantier International
« Ça a été l’une des plus belles expériences de ma vie ! » – Le chantier de Manon en Tchéquie

L'été dernier, Manon est partie pendant 2 semaines en Tchéquie pour son premier chantier international, organisé par notre partenaire INEX-SDA.…

Lire la suite